Edito du Petit Journal de Chante-Ruisseau - n° 42 - Décembre 2016

Publié le 20 Décembre 2016

Edito du Petit Journal de Chante-Ruisseau - n° 42 - Décembre 2016

Plus que jamais la priorité doit être donnée aux modes doux de déplacement dans nos agglomérations. Les épisodes de forte pollution que nous connaissons avec l’interdiction d’utiliser la voiture pour une partie de la population nous montrent à l’évidence qu’il est urgent d’agir. Même si les transports ne sont pas les seuls responsables de l’air empoisonné que nous respirons quotidiennement, il est urgent d’agir avec plus d’efficacité sur le volet des transports collectifs.
Les rendre gratuits les jours de très forte pollution n’est pas tout ; il faut aussi les rendre plus attractifs, les rénover, les développer sur des destinations autres que radiales, développer le transport aérien par câble ...

Sur nos territoires par exemple nous attendons depuis longtemps une ligne de tramway à Craponne, des télécabines entre le Plateau Mornantais et Givors mais aussi entre Vaise et le Pôle universitaire d’Ecully. En 2012, un club d’urbanisme lyonnais (le club de l’Ours) avait aussi imaginé un projet de tramway aérien à Lyon avec plusieurs lignes qui pourraient facilement être installées en utilisant les plateformes naturelles des forts lyonnais (Fort de Loyasse, Saint-Irénée, Vaise...), pour relier divers points de la ville (Perrache, la cité internationale/Tête d’Or, les collines Lyonnaises ...).

A Saint Genis les Ollières, des navettes pourraient nous rapprocher de Charbonnières ou du lycée Blaise Pascal pour aller au lycée et aussi pour prendre le train pour Lyon. Tout comme l’aménagement de la rue Piccandet qui a développé l’utilisation du vélo et la marche à pied pour se rendre à Craponne, les tronçons Champoulin - les Terres (voir nos propositions en page 3) et Rue Kayser- Route de Sain Bel pourraient également comporter des cheminements piétons et cycles sûrs et agréables.

Mais au-delà des transports ce sont aussi les choix politiques globaux qu’il convient de revoir rapidement et en profondeur. L’agrandissement exagéré de nos métropoles qui vampirise des espaces agricoles, l’implantation d’industries lourdes aux portes des grandes villes (couloir de la chimie à Lyon) posent aussi problème...

Les derniers débats politiques des primaires de la droite ne nous ont pas beaucoup rassurés à ce sujet car ils ont totalement occulté toutes ces problématiques majeures pour le devenir de notre pays et de l’humanité.
Espérons que les prochains débats et l’arrivée de nouveaux candidats nous apporteront de nouvelles espérances.

Cette année encore le « jour de dépassement », c’est à dire le jour où l'humanité a consommé l'ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année, est arrivé le 8 août et chaque année il arrive de plus en plus tôt.

Nous vivons à crédit sur notre planète terre... et qui finira par payer ? Les générations futures assuré- ment, c’est à dire nos enfants.    Très bonne année 2017 !

Antonio Gonzalez

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Editos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article