Edito du Petit Journal de Chante-Ruisseau-n° 43- Décembre 2018

Publié le 19 Décembre 2018

Edito du Petit Journal de Chante-Ruisseau-n° 43- Décembre 2018

Nous avons été très heureux d’apprendre au cours de cette année l’abandon du projet d’aéroport Notre Dame des Landes et du probable abandon du projet autoroutier A45 entre Saint-Etienne et Lyon, deux projets, inutiles, très coûteux et mortifères.

 

Localement, nous avions déjà œuvré pour l’abandon du projet de contournement routier de Saint Genis les Ollières (la pénétrante pour ceux qui s’en souviennent) qui, pour la fin du siècle dernier, devait passer par notre commune. Le projet autoroutier par l’Ouest Lyonnais prévu dans nos coteaux (le COL) a été, quant à lui, gelé pour 30 ans.

Le climat, la biodiversité, l’agriculture et nos finances sont les principaux gagnants de ces sages décisions départementales et d’Etat contre l’avis de notre Président de Région Laurent Wauquiez.

Mais ce ne sont que des petits pas dans cette longue marche qui est loin d’être terminée... d’autres combats ont encore lieu en France et dans le monde contre cette course effrénée du « toujours plus » qui détruit à petit feu notre planète et la vie.

Dans ce numéro nous mettons à l’honneur les déplacements doux et abordons aussi la problématique vélo. Ce moyen de déplacement progresse énormément mais il n’a pas la place qu’il mérite sur la voirie et les pouvoirs publics ne lui accordent pas suffisamment de moyens. Alors que six Français sur dix choisissent la voiture pour faire moins d’un km, on voit bien la place que pourrait occuper ce moyen de déplacement pour réduire une partie du trafic et donc de la pollution tout en nous apportant bien-être et santé.

Encore des records de chaleur cette année; nos rivières et ruisseaux à sec, des catastrophes climatiques qui avaient lieu ailleurs, dans des pays lointains, se produisent maintenant chez nous et dans les pays voisins... mais je ne vais pas vous faire la liste de tous les maux liés à nos comportements et dont souffre notre planète. Le constat est fait depuis longtemps et nous et nos politiques avons souvent fermé les yeux et bouché nos oreilles.

La démission de Nicolas Hulot a montré, s’il le fallait, l’incompatibilité de fond entre l’écologie et l’économie libérale de marché. La croissance verte n’est qu’un leurre et ne pourra jamais se substituer à un profond changement de société qui doit intervenir très rapidement avant qu’il ne soit trop tard ... et certains vous diront qu’il est déjà trop tard.

Mais qui pourra prôner ce changement radical alors que dans le monde nous avons des blocs tels que les Etats-Unis, la Chine, l’Inde où l’économie capitaliste libérale est toute puissante ?

Pour ce faire il faudrait une organisation mondiale qui ait la volonté et le pouvoir d’agir, ... mais il n’est pas interdit de rêver ...

Alors, même si ce changement n’est pas prêt de venir, et si nous savons que le système financier et politique qui gouverne la planète ne le souhaite pas et continue la politique des « petits pas » dénoncée par Hulot, nous ne baissons pas les bras.

Un exemple de petits pas : l’Etat dédie 350 millions d’euros étalés sur 7 ans (soit 50 millions par an) à son plan pour promouvoir le vélo ; sur le marché Français, les vendeurs d’automobiles consacrent, eux, 1 300 millions d’euros par an à la publicité (*), pour nous faire rêver sur la voiture.

Ne désespérons pas, même si nous voyons que le système ne changera pas de si tôt, sauf crise économique, financière ou sociale de grande ampleur. De par le monde, nous avons des millions de personnes, d’associations, d’agriculteurs, d’entreprises, de collectivités, qui ont pris conscience de cet indispensable changement et pour qui les priorités sont l’homme et la nature.

Joyeux Noël et très belle année 2019 !


(*) Source : IREP Institut de REcherches et d’Etudes Publicitaires

Antonio Gonzalez

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Editos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article