Edito du Petit Journal de Chante-Ruisseau-n° 44 Décembre 2019

Publié le 16 Décembre 2019

 

La transition écologique, le réchauffement climatique, le tri des déchets, les déplacements doux … toutes ces thématiques envahissent les médias. Les entreprises se mettent également au vert et surfent sur la vague écolo.


Les dernières élections européennes ont aussi fait apparaître un besoin profond des Français pour l’écologie et l’environnement et que dire des nombreuses marches pour le climat, qui en France et dans plus de 120 pays dans le monde font descendre des millions de jeunes dans la rue.   
Mais face à tout cela, même si la prise de conscience est importante, le mythe de la croissance et du progrès est le moteur de notre société capitaliste et nous y sommes tous plus ou moins accrocs …
Serge Latouche (1), économiste et théoricien de la décroissance  décrit bien cette addiction : « Nous sommes des toxicodépendants de la société de consommation. Comme tout drogué, nous préférons continuer à nous approvisionner, accumuler toujours plus, plutôt que d’entamer le sevrage. Nous savons tous que nous allons dans le mur, mais nous préférons ne pas y croire, car cela exige une rupture radicale ».
Face à tout cela, alors que tous les indicateurs sont au rouge, il nous paraît difficile de prôner une « écologie souriante », comme le préconise le 1er ministre Edouard Philippe, mais essayons tout de même …
Au niveau régional et national certains projets inutiles et coûteux ont été abandonnés ou sont sur le point de l’être (Notre Dame des Landes, le projet de « Montagne d’or » en Guyane, Europacity près de Paris, le COL (Contournement Ouest Lyonnais), l’autoroute St Etienne/Lyon A45, … d’autres sont bien mal en point comme l’Anneau des Sciences (TOP) sur la Métropole Lyonnaise.
L’agriculture naturelle (bio) avance avec un taux de croissance à deux chiffres et chaque jour de nouvelles conversions au bio voient le jour. Dans nos écoles, on mangera moins de viande mais de meilleure qualité et si possible locale.
En matière de mobilité, la prise en compte des déplacements doux est de plus en plus importante et l’on voit autour de nous fleurir de belles initiatives telles que les voies vertes pour relier les communes entre elles et réservées aux déplacements non motorisés, avec notamment celle qui va de Grézieu à Ste Consorce.
Des jeunes, dans l’Ouest Lyonnais, s’organisent dans le mouvement Extinction Rebellion pour nous faire entendre leur exigence d’un monde meilleur …
Après ces touches d’optimisme, il nous faut aussi être lucides : défendre l’environnement et le climat c’est bien, mais que ferons-nous de notre environnement et du climat si une catastrophe nucléaire arrivait et détruisait tout ce que nous aurons vaillamment sauvegardé ?
Thomas Gassilloud, le député de notre circonscription nous affirme que l’arme nucléaire est « une arme de non emploi » et qu’il faut la maintenir ; nous pensons au contraire qu’il est indispensable d’œuvrer pour une dénucléarisation totale de la planète. Ce sera long et difficile mais, tout comme la sauvegarde du climat et de l’environnement, nous sommes obligés de le faire.

(1) Voir son livre « La Décroissance »  Ed. Que sais-je ?  présenté à la dernière page.


Antonio Gonzalez

 

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Editos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article