8 espèces d’orchidées sur les communes de Saint Genis les Olllières et de Sainte Consorce

Publié le 29 Mars 2012

Les orchidées, fleurs emblématiques des tropiques, ont une distribution quasi mondiale atteignant au nord la zone circumpolaire (Islande…). La France abrite une centaine d’espèces le plus souvent réparties dans les zones calcaires. Nos communes, aux sols acides des terrains granitiques, comptent 8 espèces.

La prospection d'orchidées est toujours en cours. Vous pouvez nous signaler de nouvelles espèces sur votre terrain ou dans d'autres lieux dans nos communes. Nous pouvons aussi, à votre demande, organiser des sorties pour apprendre à les reconnaître. N'hésitez pas à nous contacter : chante-ruisseau@wanadoo.fr

 

morio

Anacampis morio, l’orchis bouffon.

C’est l’espèce la plus commune. Elle pousse généralement en pleine lumière et forme de grandes colonies visibles en avril. Les feuilles lancéolées sont presque toutes à la base et ne sont pas tachées. C'est une espèce très variable par la forme et la couleur des fleurs. Le labelle trilobé est large, plan, convexe ou à lobes latéraux un peu rabattus. Sa partie centrale, claire, est tachée de pourpre. Les sépales et les pétales latéraux forment un casque d’où son nom latin (morio, casque militaire de la Renaissance), marqués de fortes nervures vertes ou pourpres.

 

laxiflora.jpg

Anacampis laxiflora, orchis à fleurs lâches.

 Elle se rencontre dans les zones les plus humides des prés. Les stations sont en nette régression du fait du drainage de ces zones.  Le labelle est rouge violet foncé avec une partie centrale blanche et non maculée.

Floraison en mai-juin.

 

mascula-copie-1.jpg

Orchis mascula, orchis mâle.

Les feuilles sont souvent maculées de tâches sombres et sont presque toutes à la base. Les pétales latéraux sont plus ou moins étalés en ailes, forment un casque avec le sépale dorsal. Le labelle, trilobé, présente une région centrale plus claire et ponctuée de pourpre. L'éperon épais, horizontal ou ascendant, est aussi long que l'ovaire. La forme et la couleur des fleurs sont  assez variables.

 

de mai

Dactylorhiza majalis, Orchis de mai.

Cette orchidée croît dans les pâturages et les prairies humides. Elle a été rarement observée sur nos communes. C'est une plante à tige épaisse, un peu creuse. Ces feuilles larges, lancéolées, sont maculées de violet et plus ou moins  étalées selon les populations. Les fleurs pourpres, assez variables, sont groupées en un épi dense. Le labelle trilobé est marqué de traits purpurins. L'éperon est recourbé vers le bas et plus ou moins appliqué contre l'ovaire. Les sépales latéraux sont plus ou moins redressés. Elle fleurit en mai juin.

 

abeille.jpg

Ophrys apifera,  ophrys abeille.

Elle n’a été trouvée que sur certaines pelouses sur St Genis les Ollières. Le gynostème (appendice qui surmonte la fleur), long et flexueux au bout, est caractéristique de l'espèce. Le labelle de la fleur évoque le corps d’un insecte.

Elle fleurit en juin.

 

ustulata

Neotinea ustulata, orchis brûlé.

Cette orchidée se rencontre dans les prés en pleine lumière. Les nombreuses petites fleurs se regroupent en  un épi dense à sommet pourpre foncé. Les sépales brun-rouge et les deux pétales latéraux  forment un casque brun qui contraste avec le labelle blanc ponctué de quelques taches pourpres.

Floraison en juin.

bouc.jpg

Himantoglossum hircinium, orchis bouc. C’est une belle orchidée que l’on rencontre ça et là sur nos communes. Sa grappe de fleurs est allongée. Le labelle est divisé en trois lobes très allongés, surtout le médian, et tordus en vrille. La plante peut avoir une odeur désagréable d’où son nom.

Floraison en mai-juin.

 

roberta

Himantoglossum robertianum, orchis géant.

Cette orchidée à tige robuste pousse dans la région méditerranéenne. Elle colonise actuellement la vallée du Rhône en progressant vers le nord. On la retrouve régulièrement à saint Genis Les feuilles sont grandes et charnues. La floraison est en mars. Les fleurs sont d'une teinte générale rose, parfois très pâle, presque blanche.

 

spirale

Une dernière orchidée a été découverte sur le plateau lyonnais, à Grézieu la Varenne :  Spiranthes spiralis, spiranthe d’automne. La population se trouvait sur une pelouse en zone constructible… Cette orchidée existe-t-elle sur nos communes ? A nous d’observer, la floraison se situe en été, août, septembre.

Elle se reconnaît à ses nombreuses fleurs disposées en spirale autour d’une tige vert grisâtre.

 

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Faune et Flore

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article