O merveilleux compost ...

Publié le 28 Juin 2012

compost-003.jpgIl y a 2 - 3 ans, j'assemble les planches restantes de ma cabane de jardin pour construire un bac à compost d'environ 1,20m de côté.
Nous y mettons les déchets de cuisine : épluchures, restes… mais ni viandes, ni fromages, ni les tontes de jardin, ni les papiers type mouchoirs, essuies mains.
1ère surprise : nous réduisons de moitié (sinon plus) nos déchets ménagers. A l'époque, nous ne sortons plus la poubelle grise qu'une fois par semaine !
2ème surprise : nous emmenons les résidus d'épluchure, mais le tas de déchets se réduit tout seul, à vue d'œil !...
3ème surprise : l'été dernier, des feuilles surgissent du tas de compost : un plant de courgette ?... les semaines passent…. Et de jolis potirons montrent leur nez !... et finiront en soupe et en gratins…
4ème surprise : pas d'odeur, pas d'insecte ou d'animaux….
5ème surprise : ce printemps, pour faire ses plantations annuelles,  mon épouse soulève le tas et découvre une belle terre fine, brune et riche !... elle ramènera le sac de terreau à la Jardinerie !
1er constat : les branches plus grosses que le petit doigt ne sont pas encore décomposées, ni les noyaux ou les peaux d'avocat, ou les coques de noix, pas plus que les œufs si les coquilles ne sont pas broyées. Nous les écarterons, et nous achetons un tamis pour éliminer ces grosses particules.
2ème constat : nous n'arrosons ni ne retournons le tas (peut être, nous dit on, parce que nous n'y mettons pas les tontes de gazon que nous étendons en paillage sur les plantations ou au pied des arbres).
3ème constat : j'ai acheté quelques planches de lambris pour aménager un second bac afin de laisser reposer le premier et pouvoir y puiser dedans.
Que "mère nature" est bien faite et généreuse !... Sachons l'utiliser à bon escient.
En ces temps de propositions, pourquoi ne pas envisager que chaque maison avec jardin s'équipe d'un bac à compost, que les immeubles puissent aménager des bacs collectifs, inciter les restaurants à recycler aussi ces déchets verts, et pourquoi ne pas aménager des bacs dans des espaces public ?!
Osons les utopies, surtout si elles sont respectueuses de l'environnement…
Jean-Paul Roussillo

 

Un autre témoignage : le lombricompostage.


Yolande Margot de Vaugneray est attirée par l’écologie et s’intéresse à la préservation de l’environnement.
Alors, lorsque sa fille lui offre un lombricomposteur pour la fête des mères elle a tout de suite franchi le pas. Facile à installer à l’intérieur ou en extérieur, il permet de transformer vos déchets domestiques en compost organique. Ici, il a été installé dans un abri près de sa poubelle. Yolande a préparé son lombricomposteur qui se présente comme un petit meuble en plastique avec trois bacs où l’on dépose ses déchets de cuisine. Ensuite ce sont les vers qui en se nourrissant de déchets ménagers, fabriquent un terreau organique sans odeur. Un petit robinet permet également de récupérer un jus appelé «thé de ver » qui est un engrais très apprécié des plantes.
Les avantages pour Yolande sont nombreux:  «  J’allège mes poubelles car je réutilise mes déchets - surtout les épluchures- et je réalise un  recyclage direct pour le bonheur de mon jardin et de mes plantes. Ma démarche, c’est une petite goutte dans l’océan mais  pour moi c’est valorisant … », précise-t-elle.


Pour en savoir plus :
http://www.sicoval.fr/documents/Lombricompostage_Ecosphere.pdf

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #A faire - à ne pas faire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article