faune et flore

Publié le 8 Avril 2020

La pâquerette : une floraison généreuse au printemps ...

L’hiver est fini, bonjour pissenlit !

Bouton d'Or :  "T’aimes le beurre !"

Appelé également Bassin d’or, Pied de poule ou Renoncule rampante

 

Une belle à découvrir ... à vous de trouver ...

Si vous souhaitez connaître davantage le monde photographique de Jean-Paul       cliquez ici

Voir les commentaires

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Faune et Flore

Repost0

Publié le 28 Mars 2020

Le printemps est là et avec lui une valse infinie de fleurs sauvages qui poussent dans nos jardins, murs, talus, trottoirs ...

Ces fleurs sauvages ont revêtu leurs parures et leurs couleurs qu’elles nous offrent gracieusement pour notre plus grand plaisir.

Nul besoin d’aller très loin ; elles sont à nos portes et nous invitent à les découvrir et à mieux les connaître.

 

Par ces temps de confinement, et pour certains d’entre nous, d’une plus grande disponibilité, Chante-Ruisseau vous propose de participer à un inventaire des fleurs sauvages de printemps qui se trouvent dans vos jardins et à proximité de vos maisons.

 

Adressez-nous vos photos de fleurs avec une courte légende (votre prénom et nom, quartier, date de prise de vue, commentaire éventuel).

 

Si certaines d’entre-elles vous sont inconnues, nous vous aiderons à les identifier.

Nous ferons une sélection que nous publierons dans notre blog et lors de la prochaine parution de notre Petit Journal.

 

Adresse pour l'envoi : chante-ruisseau@wanadoo.fr

 

Prenez soin de vous et des autres lors de cette période difficile.

L’observation de la nature nous aidera également à mieux traverser ce nécessaire confinement.

 

Le Bureau de Chante-Ruisseau

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Saint Genis les Ollières : Un village fleuri par Bénédicte Gally

 

 

 

 

... en descendant vers le Vallon du Ratier

Sur le parking du gymnase ...

 Au pied de la Croix, rue Marius Poncet                              Avenue Marcel Mérieux

Même si nous voulions que des fleurs sauvages, nous acceptons également toutes vos photos fleuries ...

Voir les commentaires

Publié le 1 Janvier 2020

AMARANTHUS DEFLEXUS L

AMARANTE COUCHEE

 

Description de l’espèce

Assez commune sur le Plateau lyonnais.

Plante prostrée de 20 à 80 cm fleurissant de Juin à octobre.

Tige couchée, ramifiée, pubescente vers le haut.

Feuille ovale rhomboïdale.

 

 

 

Retour à la page "Flore Naturelle"

Retour à l'article "Genre amarantes"

Voir les commentaires

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Faune et Flore

Repost0

Publié le 1 Janvier 2020

Genre AMARANTHUS

Famille Amaranthaceae

Les amarantes sont des plantes originaires de l’Asie, Afrique et Amérique. Certaines entrent dans l’alimentation humaine surtout en Amérique centrale et du sud.

En France, les amarantes, plantes envahissantes sont la plupart du temps observées dans les champs en friche (premières années), bord de routes, décombres (souvent en association avec les Chenopodium).

Dans le Rhône, Nétien (1993) répertorie une dizaine d’espèces.

Ce sont le plus souvent des plantes annuelles, de taille moyenne à grande (environ 1 m), au feuilles généralement alternes. L’inflorescence à la forme d’un épi terminal ou en cymes axillaires. Les fleurs unisexuées sont portées sur le même pied. L’ovaire ne possède qu’une graine. Le fruit est un pyxide ou un akène.

La détermination s’effectue sur :

         L’inflorescence

         Nombre d’étamines 3 ou 5

         Les pièces du périgone (les sépales en quelque sorte)

         Le fruit

Attention observation à la loupe obligatoire.

La floraison est tardive, selon les espèces de juillet à octobre.

Le rouge amarante (E123) est issu de certaines espèces.

 

Quelques espèces ...

      - Amarante Hybride

      - Amarante Couchée

 

Voir les commentaires

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Faune et Flore

Repost0

Publié le 1 Janvier 2020

AMARANTHUS HYBRIDUS L

AMARANTE HYBRIDE

Description de l'espèce

Espèce fréquente sur le plateau lyonnais.

Plante de taille moyenne poussant sur le bord des chemins, dans les friches et terrains vagues. Floraison en septembre novembre. Taille de 20 à 100 cm.

Feuilles bien vertes, ovales, assez luisantes, pointues et alternes.

Fleurs vertes ou rougeâtres, disposées en épis très denses.

La tige est glabre ce qui la distingue de A. retroflexus qui montre une tige pubescente.

Les 5 épigones (sépales) de la fleur sont lancéolés et aigus ce qui la distingue de A. retroflexus dont les épigones sont élargies au sommet.

Attention, nécessité d’une loupe pour cette dernière observation.

 

Retour à la page "Flore Naturelle"

Retour à l'article : les amarantes

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Faune et Flore

Repost0

Publié le 16 Décembre 2019

La Flore à Saint Genis les Ollières

De nouvelles orchidées sauvages se font connaître dans notre village ...

En observant nos jardins et prairies mais aussi avec l’aide de nos adhérents qui nous adressent des photos de fleurs qui les interpellent et qu’ils veulent identifier, nous avons la joie de vous présenter les trois dernière venues.

Dans un prochain article, nous ferons le récapitulatif des orchidées que nous avons recensées dans notre village.

N’hésitez pas à nous informer de celles qui pourraient s’installer dans votre jardin.

Orchis mascula
ou Orchis mâle

 Spiranthes spiralis  
ou spiranthe d’automne

Orchis simia
ou Orchis singe

Voir les commentaires

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Faune et Flore

Repost0

Publié le 16 Décembre 2019

par Dominique Tissier

Le Rougequeue noir est un petit passereau de la taille d’une Mésange charbonnière, qui est encore assez commun chez nous, même en centre-ville, et pas très farouche.

Ceux qui ont un bout de jardin peuvent le voir fréquemment, souvent perché sur les toits, les clôtures ou des branches dégagées. On le reconnaît facilement à ses teintes sombres, gris et noir, un peu plus gris terne pour la femelle, et à sa queue rousse toujours tremblotante. Il fait également comme des saccades nerveuses quand il s’est posé, ce qui permet de l’identifier de loin. Son chant est facile à reconnaître car son trille se termine par un bruit de papier froissé !
Son régime est essentiellement constitué d’insectes même s’il peut se satisfaire de quelques baies en hiver. En effet, du fait du réchauffement climatique rapide de ces dernières décennies, on en voit de plus en plus en hiver chez nous, même si le passage migratoire d’automne est encore assez marqué pour les oiseaux qui vont plus au sud.
Il niche souvent très près des habitations, sur la poutre d’un auvent ou dans une anfractuosité de mur.

Comme la plupart des passereaux, surtout ceux des zones agricoles, il est en régression, principalement du fait de l’usage excessif par l’Homme d’insecticides qui raréfient considérablement ses proies.
A noter qu’une nouvelle étude allemande a permis de constater que cette disparition des insectes est encore plus importante que ce qu’on avait déjà estimé : « sur les zones agricoles étudiées, la biomasse d’arthropodes a chuté de 67 %. Le nombre d’insectes capturés s’est effondré de 78 % et leur diversité a chuté d’un tiers » en moins de 10 ans ! Le réchauffement climatique n’aura plus rien à griller, pas assez rapide… un comble !

J’en profite pour rappeler que chacun peut s’inscrire (c’est gratuit) sur le site www.faune-rhone.org pour transmettre ses observations d’oiseaux, mais aussi de mammifères, amphibiens, reptiles, insectes, observations qui sont ainsi stockées dans la base de données naturalistes et utilisées pour des études et mesures de protection des sites. Vous pouvez aussi consulter les observations des autres participants.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Faune et Flore

Repost0

Publié le 12 Septembre 2018

Nos prairies vers la zone des Grandes Trêves ont eu la visite cet été 2018 d'une colonie (au moins une cinquantaine) de hérons garde-bœufs. Mais cette visite n'était pas désintéressée puisque ces volatiles se sont rapprochés des "Blondes d'Aquitaine" de la ferme Michallet afin de les débarrasser de leurs insectes parasites.

 

Ces oiseaux aiment bien se nourrir au milieu du bétail et des chevaux dans nos coteaux. Très occasionnels autrefois, on commence à les voir de plus en plus souvent.

 

A Saint Genis , si vous êtes discrets, vous pouvez les apercevoir autour du bétail en passant par le Chemin des Monts d'Or.

 

Merci à Jean-Paul Buffet, chasseur d'images et résident dans notre commune, pour ces très belles prises.

Pour en savoir plus, vous pouvez acquérir l’excellent ouvrage de Dominique Tissier sur " Les Oiseaux de Coteaux et Monts du Lyonnais ", édité par notre association.

cliquer  sur INFO pour en savoir plus sur cet ouvrage

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Faune et Flore

Repost0

Publié le 17 Décembre 2016

Projet de livre sur les Oiseaux des Coteaux du Lyonnais

Un ouvrage sur les oiseaux des coteaux du Lyonnais est en cours de préparation sous la direction de Dominique Tissier et avec la collaboration d’excellents photographes ornitho de la région. Nous vous le proposerons au cours de l’année 2017. Le projet avance bien, la rédaction est presque terminée, la relecture a débuté.


On voudrait l’agrémenter de quelques témoignages ou anecdotes locales. Alors, si vous avez quelque chose à raconter sur une observation insolite d’un oiseau particulier, chez vous, dans votre jardin ou ailleurs, n’hésitez pas à rédiger une petite note et à nous l’envoyer !    

chante-ruisseau@wanadoo.fr    Merci par avance.

Voir les commentaires

Publié le 18 Décembre 2014

Voici la solution de notre petit jeu des champignons :

solutions-champignons.jpgRendez-vous à l'automne 2015  pour une nouvelle sortie et pour perfectionner vos connaissances.

Voir les commentaires

Rédigé par chante-ruisseau

Publié dans #Faune et Flore

Repost0