nucleaire - energie

Publié le 1 Octobre 2020

CINÉ - DÉBAT SUR LA MENACE RADIOACTIVE 
le 11 OCTOBRE 2020 à 16h00
Espace Culturel l’Escale  -  SAINT GENIS LES OLLIERES (Métropole de Lyon)
21 Avenue de la Libération
 
Un sujet hautement important et cependant rarement abordé : la menace radioactive, notamment militaire.
 
Ce sera le thème de la conférence à laquelle vous êtes invités à assister nombreux*  à l’Espace Culturel l’Escale le dimanche 11 octobre 2020 à 16h00.
 
En introduction sera visionné le documentaire de Larbi BENCHIHA « Bons baisers de Moruroa », plusieurs fois récompensé lors de festivals. Il évoque, témoignages à l’appui, les conséquences des essais nucléaires dans le Pacifique.
 
Jean-Marie MATAGNE, Président de l’association ACDN (Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire) venu spécialement de Saintes, présentera les analyses de son association et ses propositions pour sortir de cette impasse. Docteur en philosophie suite à sa thèse de 1991 sur « le pouvoir et la puissance » et « l’équilibre de la terreur », il milite depuis plus de 30 ans pour une abolition généralisée des armes nucléaires et radioactives.
 
*Accès libre et gratuit, dans la limite des places disponibles et dans le respect des consignes sanitaires (penser à votre masque pour accéder).
 
Une initiative de l’association Chante-Ruisseau
 

 

Voir les commentaires

Publié le 13 Janvier 2013

Pour ou contre le nucléaire, peu importe, sa fin est programmée !


Même si en France notre président F.Hollande a annoncé la fermeture de la vieille centrale de Fessenheim fin 2016, l’EPR de Flamanville va probablement être mise en service en 2016 donc, ici un coup pour rien.
Mais si l’activité nucléaire « fait la fierté de la France », au niveau mondial cette énergie est marginale car elle ne représente que 6% de l’énergie produite avec environ 400 centrales nucléaires.
L’activité nucléaire  civile doit donc être analysée au niveau mondial et une analyse détaillée à ce niveau démontre que l’atome est sans avenir.
En effet, les 400 réacteurs actuellement en service dans le monde commencent à se faire vieux et dans les prochaines années nous assisterons à des dizaines de fermetures qui ne seront pas remplacées (voir en encadré les nombreux exemples) parce que les gouvernements, suite à Fukushima, ont des doutes sur la technologie, mais aussi et surtout parce que ces projets sont chers et de plus en plus contestés par l’opinion publique. Même si la Chine et l’Inde, les mastodontes mondiaux, construisent de nouveaux réacteurs, l’énergie nucléaire, vu les populations importantes de ces pays, ne sera jamais qu’une très modeste énergie de complément.
Aussi, si le sort du nucléaire est définitivement jeté, l’on aura tort de se réjouir car cette industrie mettra des années pour s’arrêter. Les centrales vont vieillir et nous aurons sans aucun doute de nouveaux accidents et surtout les déchets nucléaires que plus personne ne veut, continueront à s’accumuler avec des coûts financiers énormes pour la société à un moment où l’argent commence terriblement à manquer.
L’énergie nucléaire s’effondre, c’est certain, mais sa capacité de nuisance est encore grande.
 Antonio Gonzalez

nucleaire.jpg 

 

Le nucléaire en France

- les régions Pays de Loire, Auvergne, Aquitaine, Nord-Pas de Calais, le Conseil régional d’Ile-de-France demandent la sortie du nucléaire, la ville de Strasbourg demande l’arrêt de Fessenheim
- EDF sceptique sur le futur de la filière EPR aux dires du quotidein La Tribune;
- Le mouvement de jeunes du Nouveau Centre, le parti d’Hervé Morin, ministre de la Défense de 2007 à 2010, a pris position pour la sortie du nucléaire;
- Les églises catholiques et protestantes se prononcent pour un renoncement à l’énergie nucléaire et pour le développement d’une énergie plus « humaine ».

 

Le nucléaire dans le monde

Le Québec a annoncé la fermeture de l’unique centrale nucléaire de la province - Le Japon annonce l’arrêt progressif de sa production nucléaire d’ici à 2030 - annulation du projet EPR français (EDF) aux USA  - l’Autriche indépendante du nucléaire à 100 % d’ici 2014 - Les partis politiques belges se sont accordés pour fermer d’ici 2015 trois des plus anciens et l’arrêt définitif à 2025 - Le Mexique abandonne ses projets dans le nucléaire -  en Italie, 94% des votants rejettent la relance du nucléaire par réferendum  - Suisse : La sortie du nucléaire à l’horizon 2034 - Grande Bretagne : l’usine qui produisait du combustible MOX, va fermer, la France sera donc le dernier producteur de MOX.- Allemagne : le dernier réacteur sera arrêté en 2022 - le groupe Siemens a annoncé en septembre cesser toute activité liée au nucléaire pour se concentrer sur les énergies renouvelables -  L’Espagne ferme une centrale et une usine de combustible - Areva,le fabricant de centrales nucléaires, aujourd’hui contraint de procéder à 1200 licenciements dans le monde et suspend plusieurs projets miniers d’uranium -

Voir les commentaires

Publié le 26 Avril 2012

Chante-Ruisseau vous fait part de ce communiqué du réseau "Sortir du nucléaire " :

 

Bonjour,

Hollande ou Sarkozy ? Nous connaîtrons dans quelques jours le nom du prochain président de la République. Et ce sera un partisan du nucléaire, alors même que la majorité des Français souhaite en sortir...

Et pourtant : sortir du nucléaire, on sait comment faire. Mais il faut le faire savoir ! Pour cela, nous avons besoin de vous, maintenant : notre premier porte-parole, c’est vous.
Découvrez notre infographie interactive et signez l’appel "Une France sans nucléaire : ça marche !" : en quelques clics, vous saurez par quelles mesures très concrètes la France peut sortir du nucléaire.

Grâce à vous, nous étions 60 000 le 11 mars dernier lors de la grande chaîne humaine entre Lyon et Avignon. Grâce à vous, nous pouvons être des dizaines de milliers à signer cet appel...

Diffusez à tous vos contacts, aussi largement que possible, le lien suivant : http://www.sortirdunucleaire.org/Je-signe


Ensemble, refusons l’impasse écologique et économique du nucléaire.


Nous vous remercions pour votre engagement à nos côtés,

Toute l’équipe du Réseau "Sortir du nucléaire"

 

Voir les commentaires

Publié le 14 Mars 2012

Chaîne Humaine pour sortir du nucléaire.

Chante-Ruisseau était présent !

Le dimanche 11 mars 2012 nous étions une trentaine d’adhérents Chante-Ruisseau originaires  de Saint Genis les Ollières, Grézieu la Varenne, Craponne mais aussi quelques amis de Lyon et de Francheville pour participer à la chaine humaine.

 

Nous nous sommes retrouvés à Feyzin avec plusieurs centaines d’autres participants afin de rejoindre la chaine humaine en direction de Saint Symphorien d’Ozon.

 

Sous un soleil printanier et une ambiance familiale, nous avons exprimé collectivement notre souhait de voir un futur différent sans nucléaire civil et militaire et orienté vers une énergie de vie.

Merci à vous tous pour cette belle participation.

Cette vague de fond que nous avons formée, personne ne pourra l’arrêter !

 

groupe-1-web.jpg

 

chaine-humaine-a-Feyzin-2-web.jpgchaine-humaine-a-Feyzin-1-web.jpg

_________________________________________________________________________________

Le communiqué de presse du 11 mars 2012 du Réseau "Sortir du nucléaire", Agir pour l’environnement, France Libertés, Greenpeace, Sud Rail.

 

11 mars 2012 : Chaîne humaine : une mobilisation historique pour la sortie du nucléaire !

 

La catastrophe de Fukushima entre dans sa première année, et le peuple japonais continue de souffrir dans sa chair de la contamination radioactive. Partout dans le monde, ce cataclysme a été un électrochoc, mais la classe politique française est jusqu’ici restée sourde à la nécessité de sortir du nucléaire en France. À quelques semaines des élections présidentielles, c’est un signal d’une puissance exceptionnelle qui vient de lui être envoyé.

Ce dimanche 11 mars 2012, un an jour pour jour après le début de la catastrophe de Fukushima, plus de 60 000 personnes ont déferlé dans la vallée du Rhône, de Lyon à Avignon, en formant une gigantesque chaîne humaine. 

Simples citoyens et militants de longue date venus de toute la France, riverains des centrales et habitants des régions voisines, se sont ainsi donné la main sur 230 km, au cœur de la zone la plus nucléarisée d’Europe, soit la distance séparant Fukushima de Tokyo. Unis, ils se sont retrouvés pour témoigner leur solidarité avec le peuple japonais et exprimer leur volonté de reprendre en main la politique énergétique française, pour sortir enfin du nucléaire.

En participant à cette chaîne humaine, co-organisée par le Réseau "Sortir du nucléaire" et le collectif "Réaction en Chaîne Humaine", ces dizaines de milliers de personnes ont démontré que la sortie du nucléaire est une aspiration forte partagée par la majorité des citoyens français.

En même temps que cette chaîne humaine, d’autres chaînes ont eu lieu dans d’autres régions de France (dont une à Bayonne, une à Bordeaux, une dans le Finistère...), pour la sortie du nucléaire et en solidarité avec le Japon durablement meurtri. Dans le monde entier, de l’Allemagne au Brésil en passant par la Mongolie, de nombreuses actions ont prouvés la volonté des peuples de protéger leurs enfants et les générations futures en bannissant le nucléaire de notre avenir commun.

Traquer les gaspillages énergétiques, isoler les bâtiments, améliorer l’efficacité énergétique, développer des énergies alternatives propres, sûres, créatrices d’emploi : les solutions techniques pour mettre fin à l’atome sont à notre portée ! Il ne manque plus qu’une décision politique, que plusieurs de nos voisins européens ont d’ores et déjà adoptée. Seul le gouvernement français, sous l’emprise du lobby nucléaire, persiste dans le déni et la fuite en avant.

La participation massive à cette chaîne humaine le confirme : face à la surdité des politiques, les Français sont prêts à se mobiliser par dizaines de milliers pour sortir de cette énergie du siècle dernier. À quelques semaines de l’élection présidentielle, les futurs candidats n’ont plus le droit d’ignorer les demandes des citoyens : mettre au point un calendrier de sortie du nucléaire civil et militaire, fermer dès maintenant l’ensemble des réacteurs vieillissants, mettre fin au programme EPR, et s’engager résolument dans la transition énergétique. Il est temps pour eux de le comprendre et d’en tirer les leçons qui s’imposent !

Voir les commentaires

Publié le 9 Mars 2012

images

MOBILISATION POUR LA CHAINE HUMAINE POUR SORTIR DU NUCLEAIRE

 

En cette période de campagne électorale et un an après le drame de Fukushima, nous avons une formidable occasion de montrer, par une participation massive à la chaîne humaine de Lyon à Avignon, notre refus de sacrifier la vie des générations futures à notre consommation basée sur une politique énergétique aberrante, hyper centralisée, sans consultation du peuple et aux mains des lobbies.
 
Des alternatives existent et sont porteuses d'espoir et d'emplois locaux pléthoriques sur le triple concept "sobriété, efficacité, renouvelables". Il suffit pour s'en convaincre de consulter le "Manifeste Négawatt", paru aux éditions Actes Sud, à commander en librairie ou sur www.negawatt.org
 
Accepterons nous que nos enfants aillent demain à l'école sans pouvoir se séparer de dosimètres ?Nos ruisseaux chanteront-ils de la même manière en cas de catastrophe nucléaire en France ?

Quelle que soit sa probabilité et l'expertise de nos ingénieurs, elle finira immanquablement et mathématiquement par arriver.

Acceptons-nous cette responsabilité ? Notre réponse est assurément et sans hésiter non.
 
Nous devons attirer à la chaîne humaine un maximum de Saint Genois mais aussi des habitants des communes voisines, faire venir nos amis, nos enfants, nos voisins.
 
Pour en savoir plus et notamment sur les lieux de départ de cette chaîne :  http://www.chainehumaine.org/
 
Ce dimanche 11 mars, la chaîne humaine se formera dès 13h30 en plusieurs endroits sur le trajet Lyon-Avignon.

Le groupe de Saint Genis les Ollières prendra la chaîne à Feyzin (Place Château du Parc).

Un départ groupé en covoiturage de Saint Genis les Ollières aura lieu à 12h45 à partir du groupe scolaire Victor Hugo (parking médiathèque), mais vous pouvez aussi vous rendre directement à Feyzin, Place Château du Parc à partir de 13H30.

Pour le dimanche 11 mars, on ne peut dire "je ne peux pas, j'ai autre chose à faire" mais nous dirons : "Je ne peux faire autre chose car je participe à la chaîne pour la vie ! "

Ami-e-s  Saint Genois et des proches communes, nous comptons sur votre mobilisation pour que cette chaîne humaine soit un succès par l'ampleur de notre, de votre participation.
 

Voir les commentaires

Publié le 13 Janvier 2012

nucleaire-arreter-et-reflechir.jpgLe tribunal correctionnel de Nanterre vient d'infliger à EDF 1,5 M€ d'amende, plus 500 k€ de dommages et intérêts au profit de Greenpeace et 50 k€ au profit de Yannick JADOT, aujourd'hui porte parole d'Eva Joly, le tout assorti de prison ferme pour les deux plus hauts responsables de la sécurité d'EDF, pour piratage informatique des ordinateurs de Greenpeace en 2006.
Selon Yannick JADOT, victime d'EDF interviewé par Reuters : "C'est le triple zéro d'EDF. Le nucléaire est une faillite industrielle, financière et clairement une faillite morale"
Quant à SOCATRI, filiale d'AREVA, France Nature Environnement vient d'obtenir devant la cour d'appel de Nîmes sa condamnation à 300 k€ d'amendes pour pollution. 74 kgs d'uranium avaient été déversés en juillet 2008 dans un affluent du Vaucluse. Cette quantité correspondant à 30 fois l'autorisation annuelle de rejets avait été qualifiée à l'époque par SOCATRI comme n'étant "pas un fait grave".
Des brèches dans l'omerta sur les turpitudes de la filière nucléaire commencent enfin à s'ouvrir.         
François Michiels

Voir les commentaires

Publié le 1 Juin 2011

non-gaz-schiste.jpgAu moment où l’on se pose en France, grâce à la vigilance de José Bové, le problème de l’exploitation des gaz de schiste, si vous voulez vous faire une idée, regardez donc le documentaire Gasland de Josh Fox., nominé aux Oscars. On y en apprend de bien belles ! A la fois drôle et terri- fiant, Gasland raconte comment l’Amérique ambitionne de carburer au gaz naturel dans le plus grand mépris des lois environnementales et aux dépens de la santé publique. Le tout grâce aux manœuvres politiques de Dick Cheney, ancien patron d’Halliburton et vice-président de George Bush : l’homme s’est arrangé pour que la loi sur l’énergie adoptée en 2005 permette à son ex employeur d’extraire du gaz naturel par fracturation hydraulique, sans que l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) ne puisse pointer le bout de son nez. Metteur en scène et directeur d’une troupe de théâtre, Josh Fox
s’est converti en journaliste d’investigation le jour où il a reçu une lettre lui offrant 100 000 dollars contre le droit de forer sur ses terres situées à la frontière de la Pennsylvanie et de l’Etat de New York. Jugeant l’offre suspicieuse, Josh Fosh est alors parti à la rencontre des habitants de «Gasland », le pays du gaz de schiste, caméra à la main, afin de racon- ter comment les géants du gaz de schiste empoisonnent l’Amérique et polluent ses eaux en toute impunité. Dans Gasland, l’eau du robinet prend feu si elle croise la flamme d’un briquet, les animaux perdent leur
pelage et les habitants sont sujets à d’horribles migraines ou à des évanouis- sements. De l’Etat de Pennsylvanie en passant par le Wyoming ou le Texas, l’Amérique compte aujourd’hui pas moins de 450 000 puits de forage pour exploiter ces gaz non conventionnels.
Si l’on ne veut pas en arriver là, il faut être très vigilant, ne pas se contenter des demi-mesures adoptées par nos députés et interdire l’exploitation des permis accordés par Jean Louis Borloo tant que les techniques n’auront pas évolué.
Patrice Le Men - Juin 2011

Voir les commentaires

Publié le 1 Juin 2011

sortir-du-nucleaire.jpgAujourd’hui il est possible de sortir du nucléaire ; une grande puissance économique voisine s’est donné 10 ans pour le faire.
Le modèle énergétique français basé sur le nucléaire a du plomb dans l’aile et la France sera bientôt le dernier pays européen à s’entêter  à produire massivement de l’électricité nucléaire. En effet, la France non seulement ne souhaite pas amorcer la transition énergétique mais décide même d’intensifier le nucléaire avec la mise en place de l’EPR.
Comme nous l’avons déjà dit, le modèle français comporte des lacunes importantes :


- la première c’est qu’il n’est pas démocratique. En effet à aucun moment  le peuple français n‘a eu à le choisir et le Président N. Sarkozy l’avait même exclu des débats lors des Grenelles de l’environnement. De plus, un récent sondage indique que plus de 60% des Français souhaitent la sortie du nucléaire.


- ce modèle, contrairement à ce que l’on dit, est coûteux car il ne tient pas compte des coûts cachés. Sur le long terme ce sera un gouffre financier pour la France lorsqu’il faudra traiter et stocker les résidus et aussi démanteler les centrales. Sans parler d’une possible catastrophe nucléaire dont l’impact économique  peut être facilement calculé avec ce que l’on a connu à Tchernobyl et à Fukushima.


- Il oriente la majorité des investissements industriels français sur la technologie du nucléaire au détriment de la recherche et du développement en matière d’énergies renouvelables.
- Il est potentiellement destructeur pour l’homme et son environnement.
« Mais comment sortir du nucléaire sans retourner à la bougie puisque 78% de l’électricité est produite par le nucléaire ? »  diront certains.
La réponse à cette question se trouve pour une grande part dans la démarche proposée par l’association NégaWatt  un collectif composé de 250 professionnels de l’énergie dont les premières propositions remontent à 2003 et qui sont consultables  sur www.negawatt.org.
L’électricité  ne représente que 21%  de nos consommations d’énergie  et la part du nucléaire  dans la consommation totale d’énergie en France  n’est que de 16%.
L’Association Négawatt rappelle également « qu’il faut considérer tous nos besoins énergétiques : chauffage, mobilité… ».
Le scénario « négawatt » est basé sur l’électricité qu’on pourrait ne pas produire et donc que nous  ne consommons pas et pour cela il s’appuie sur trois actions indissociables, par ordre d’importance : sobriété, efficacité énergétique et énergies renouvelables.


1. La sobriété : Selon les experts, 40 à 50% de notre consommation peut être économisée sans réduire notre confort en traquant les gaspillages et les besoins superflus (éclairage la nuit des zones industrielles, des vitrines, veilles inutiles…) ;


2. l’Efficacité : le bâtiment absorbe en France près de 50% de l’énergie et il convient donc de s’attaquer à ce poste avec notamment un ambitieux programme d’isolation et de rénovation de l’ancien. Les experts pensent qu’en 40 ans on pourrait ainsi diviser la consommation de chauffage par 3 ou 4 et créer 400 000 emplois contre 80 000 pour le nucléaire. Des économies peuvent aussi être réalisées dans le mode de fabrication de nos objets en augmentant leur durée de vie. Les déperditions d’énergie sont aussi extrêmement importantes en amont du côté de la production comme en aval côté utilisation… là aussi des gains importants peuvent être obtenus.`


3. Miser sur le renouvelable : éolien, (terrestre et off shore), photovoltaïque, biomasse, hydraulique, géothermie. Dans le scénario négawatt, la part de ces énergies pourrait représenter plus de 70% en 2050  avec des émissions de gaz à effet de serre divisées par 4.
Le scénario négawatt prévoit une fermeture progressive des 19 centrales nucléaires, d’ici 2035. La mise en place de centrales au gaz dont le rendement pourrait être amélioré grâce à la cogénération permettrait de faire la transition avec le nucléaire.

Antonio Gonzalez - Juin 2011

Voir les commentaires